Notice sur les tribus de la province d’Oran

SHD 1H225

Par G. Tatareau capitaine au Corps royal d’État-Major. Oran 30 avril 1833. [L’orthographe originale a été respectée ; transcription Agnès Charpentier, UMR 8167, 2019]

Pour la carte voir BNF C & Pl GE C-4460 – Carte des tribus de la province d’Oran, par G. Tatareau, 1833 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530633939.r=GE%20C-4460?rk=21459;2

Les Kobails et les Arabes sont divisés en tribus.

Les premiers habitent sous des huttes ou sous de méchantes maisons formant des groupes appelés Detcheras et joignent quelques industries au soin de l’agriculture. Plusieurs font néanmoins usage de tentes pendant la saison des herbes et en été.

Les autres, dans lesquels se confondent les Maures de la campagne, ne vivent que sous la khayma (tente) circonstance qui seule indique leurs habitudes nomades. Toutefois, ces migrations se font dans un espace déterminé. Il existe de tribu en tribu des limites invariables dans l’intérieur desquelles chaque douar ou camp change de position tous les 15 ou 20 jours pour profiter des pâturages, faire les semences ou la moisson ou s’abriter en hiver. La distance parcourue est ordinairement d’1 à 3h de chemin mais dans le désert les arabes errent sur une surface beaucoup plus considérable n’ayant point de demeures fixes, ils enfouissent leurs grains dans des matamores ou matmores. Du reste ils ne connaissent et n’estiment d’autres art que l’agriculture. Ils partagent leur vie entre les champs, la guerre et le repos.

Il y a des tribus principales qui portent le titre de Khamas (5 parties) et qui en comprennent de plus petites dont le nombre n’est pourtant pas rigoureusement de 5.

Les tribus isolées sont des Negera ou Kabyla.

Les noms des unes et des autres sont en général précédés des mots Ouled ou Beni (fils) ce qui constitue toujours l’organisation par grande famille. Les douars ou des Detechras qui les composent se distinguent ensuite par l’appellation de leurs chefs. Les plus forts ont jusqu’à 180 ou 200 tentes ou huttes mais plus communément de 20 à 60, il y en a même de 5 à 6.

Relativement à leur position, elles sont souvent partagées en portion du levant et en portion du couchant (Chiraga et Garaba) c’est souvent une rivière, une montagne ou un lac qui en fait la délimitation.

Les tribus soumises au bey et qui lui fournissaient des troupes pour les expéditions étaient désignées sous le nom de Magacen (al Makhzen), les autres s’appelaient Bezera ou Garama, payant contribution. Tous les kabyles faisaient partie de cette dernière classe et résistaient souvent à l’autorité turque. Les Magacen étaient ceux qui avaient le plus de monde à cheval. Ils portaient à la guerre le Sandjak ou étendard turc indépendamment de l’étendard particulier à chaque tribu et de ceux que déploieront dans les même circonstance les marabouts. Au surplus ils ne fournissaient le tribut qu’une déduction du secours qu’ils prêtaient en hommes.

Il y a dans chacune d’elles des cheighs (anciens hommes de loi) qui exercent naturellement l’autorité et des marabouts ou prêtres du Coran, jouissant par héritage du privilège de sainteté qui leur donne une influence considérable sur des peuples fanatiques mais sous le régime turc le pouvoir était aux mains des kaids institué par le Bey.

Plusieurs appartiennent à des marabouts ; elles sont en général peu importantes. On les connaît au mot Sidi expression respectueuses qui accompagne leur nom.

Il serait superflu de répéter ici les détails donnés dans le mémoire sur la Province d’Oran touchant les mœurs et les usages de ces peuples stationnaires ; ce qui précède suffisant d’ailleurs pour l’objet de la présente notice. On va donc passer à la nomenclature des tribus en donnant un aperçu de leur statistique aperçu qu’on regrette de ne pouvoir encore préciser et étendre davantage.

Il faut avertir ici pour l’intelligence et la simplification de ce tableau que l’encre rouge indique des kabyle, l’encre noire des arabes, que les noms surlignés sont ceux des Magazens et que les lignées se distinguent par le signe £. On procède de l’ouest à l’Est.

Après cette énumération, il ne sera pas hors de propos de jeter un coup d’œil sur l’état des tribus avant notre conquête et sur les derniers occupants pour apprécier le degré de soumission qu’on peut attendre d’elles.

Les kabyles qui sont en petit nombre dans la province actuelle d’Oran, toujours retranchés dans leurs montagnes y défendaient avec des succès variés leur indépendance.

Les arabes, habitants des plaines pouvant être plus facilement visités et surpris plusieurs s’étaient soumis à la domination des Turcs qu’une religion commune leur faisait d’ailleurs plus facilement accepter. Les principaux d’entre eux, élevés à la charge d’Aga ayant sous leurs ordres des kaids fournissaient au bey des corps assez considérables pour prix de cette distinction qui flattait leur vanité en les enrichissant. Du reste, les tribus véritablement sujettes n’étaient pas à plus de 30 lieues d’Oran et se trouvaient à peu près comprises ainsi que l’indique la carte dans le triangle formé par cette place et celle de Tlemcen et de Mascara qu’occupaient les Turcs. Lorsqu’il s’agissait d’aller dans le désert ou à quelques distances de cette enceinte, il fallait souvent acheter le passage à certaines tribus par les des intrigues et de l’argent. Plus d’une fois même la fille d’un chef puissante a dû à cette circonstance d’être dans le harem du gouverneur de la province.

Telle était la position des Beys. Leur pouvoir immédiat borné à un petit rayon s’exercerait par le biais de chefs influents ainsi que par des châtiments fréquents et sévères. Pour eux gouverner c’était amasser des revenus pour alimenter le trésor d’Alger et le leur. Dans ce but, rien de mieux que de se ménager une partie de la population pour aller, avec son aide exécuter l’autre. C’était donc moyennant une milice turque de 3 à 4000 hommes et le triple à peu près d’auxiliaires arabes que les tribus de la province payaient l’impôt mais à la condition essentielle d’une expédition faire chaque année par le Bey et son khalife sur toute la surface du pays[1]. Il semble que ceci doit donner une idée du eu de succès à espérer d’une occupation inactive et des moyens qu’il faudrait à plus forte raison développer avec des mœurs et une religion opposée au Coran si l’on voulait soumettre le pays surtout après l’affranchissement dont jouit depuis 3 la population. Et l’on peut déjà conclure que la force est indispensable pour parvenir à ce but ou seulement pour s’y préparer.

Les Espagnols qui avaient possédé les points principaux de la côte depuis Tunis jusqu’à l’océan c’est-à-dire sur une longueur de plus de trois cent lieues paraissaient n’avoir que des vues très éloignées de l’intérieur du pays à cause sans doute de la découverte de ce nouveau monde où ils exploitèrent avec si peu de peine tant de richesses. Mais ils conservaient certainement des idées ultérieures d’agrandissement car ils ne pouvaient trouver ici de plus beaux ports que Carthagène, la Carraca et le Féréol où ils voyaient bien que cette seule possession du rivage était pour eux onéreuse et sans fruit. Qu’est-il résulté de tant de lenteur ? La plupart de leur établissement leur ont échappé avant d’avoir réalisé un projet qui ne put en rien les indemniser ; et l’Afrique ne leur a servi qu’à déporter leurs malfaiteurs et ceux dont la police du Gouvernement prend si facilement ombrage.

Pour revenir à Oran, trois siècles se sont écoulés sans qu’il soit resté d’autres souvenir que leurs opérations hors de la place que la défaite et la mort de Barberousse, l’occupation momentanée de Mazagran et une tentative de Mostaganem qu’il fallut abandonner. Toujours enfermé dans leurs murs ils n’ont à aucune époque, par une expédition sur mascara où résidait le Bey, essayé de le culbuter ou de se venger au d’une manière sûre des déprédations et des insultes des corsaires algériens. Le seul effort qu’ils firent fit d’organiser un petit corps d’indigène dont on gardait les familles en otages et recrutés par mes Hamiguiens près d’Arzew, les Loumazea de Meserguin et les Ghamara de Madagh ainsi que par quelques déserteurs, corps qui avait la mission lorsque les vivres qu’on tirait d’Espagne se faisait attendre d’aller en chercher dans les tribus voisines.

Mais quel serait aujourd’hui le but d’une semblable possession pour la France qui a tant de moyens industriels à alimenter ? Ne vaut-il pas mieux agir sans délai, terminer d’abord les travaux qui doivent faire d’Oran une place importante de dépôt pendant qu’on ira reconnaître le pays, étouffer tout foyer de gouvernement arabe et procéder ensuite à un établissement solide et progressif dans la province établissement où il n’y aura à coup sûr de la gloire et de grands avantages à recueillir.

G. Tatareau


[1]  Le bey recevait d’Alger un corps turc de la mehalla ou milice de 90 tentes à 25 hommes formant 750 hommes auxquels il adjoignait 6 à 7000 arabes magacen. Le khalife avait 40 tentes ou 1000 hommes de la milice turque et 4 à 5000 magacen ; le caid de Flitah, le caid de Sahara (rive droite du Chelif), ceux de Miliana, Mascara el Callah Tlemcen et Benis Messelen tous turcs avaient chacun 10 tentes ou 250 hommes et des magacens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.