Note sur le commerce de la province d’Oran au temps de la domination des Beys (1832)

SHD 1H225

[L’orthographe originale a été respectée ; transcription Agnès Charpentier, UMR 8167]

Il faut avant d’entamer l’histoire commerciale de la province d’Oran au temps passé, apprendre à connaître le pays statistiquement

On peut le diviser en deux parties : 1 la partie orientale qui s’étend depuis Oran jusqu’aux confins de la province d’Alger, et que nous appelons le Schelif du nom de la rivière qui l’arrose ; 2 la partie occidentale qui comprend les terres situées entre Oran et les limites de l’empire de Maroc à laquelle on pourrait donner le nom de Tafna pour le même motif.

Province orientale

Toute la partie orientale est à peu près cultivé ou susceptible de l’être, l’eau et le bois y abondent. Le Schelif et une quantité de ruisseaux l’arrose et la route d’Oran à Alger la traverse. Le nombre de poste qu’elle a sur la méditerranée, celui des villes qu’elle renferme dans l’intérieur, la position particulière de Mascara, lui assuraient des avantages dont la plupart furent longtemps exploités et pourraient être facilement mis à profit pour la France.

On trouve sur la route d’Alger les tribus de

Hamian ; Ouled sidi Amer; Bleana ; Bhouali ; Ouled Sidi Mansor ; Esdiyoua ; Habio Seraga

Graba ; Burzia ; Bnegendou ; Ouled sidi Abdala ; Mzaar ; Akerba ; Kalia ; Akerma mla ; Resa

Hebb ; Salad sidi Abaoud ; Sehh ; Oundra ; Begdadi ; Ouat el Dah ; Ain Defla

Trois d’entre elles sont particulièrement adonnée au commerce, celles de Habid Seraga, Burzia et Bnouali[1].

Les provinces du Schelif possède sur la Méditerranée six ports ou mouillages importants

            Arzeou qu’il faut considérer en quelque sorte comme le faubourg de Mascara, reçoit des frégates que l’on peut amarrer à ses quais. Sa rade est plus sûre que celle de Mers el Kebir. La vieille ville d’Arzeou est détruite, il n’en reste plus environ que 300 famille dans la nouvelle qui est éloignée qui est éloignée à peu près d’une lieu du port.

            Mostaganem qui a beaucoup moins d‘importance comme port de mer tandis que sa population actuelle est d’environ 4 000 familles de coloughlis[2], turcs, arabes et juifs. La ville est assez bien bâtie.

            Arbaillah, mouillage où relâchent les barques de Mostaganem, on trouve quelques cabanes dans les environs.

            Tennes port de construction les uns disent romaines les autres européenne, il peut recevoir des gros bricks et renferme une population d’environ 5 à 600 familles de Colouglis.

            Cherchel l’ancienne (Julia Cesaria) port moins important que Tennes. Sa population se compose d’environ 400 famille de maures ou colouglis toutes adonnées au commerce[3].

            Tebessed sur la frontière de la province d’Alger renferme une population de 200 familles. Son port est comme celui de Cherchel de seconde classe.

En regard de ces points maritime on trouve les villes de

            El-Kallah renommée pour ses tapis et peuplée de 500 familles de Colouglis

            Mascara chef de la province, ville autrefois occupée par les Espagnols qui n’y ont laissé de belles constructions et dont la population se compose aujourd’hui d’environ 6000 familles. Mascara est le carrefour d’Alger, d’Arzeou, d’Oran et de Tremecen.

            Massagran petite ville dans les environs de Mostaganem, sur le bord de la mer peuplée de 5 à 600 familles de colouglis

            Mazaouanna, ville importante ayant une population de 8000 familles de Colouglis et arabes et servant de marché aux tribus qui approvisionnent le cours du Schelif.

On remarque dans ces quartiers quelques autres points importants, les ruines de Gerbé fréquentés par les bédoins nomades nombreux, la montagne de Tmulga sur la route d’Oran à Alger sert aussi de refuge à des tribus de Cobaïller, les ruines de Snab traversées par un chemin, la montagne de Nierjera peuplée de Cobaïls et les ruines de Tagdempt ; plus loin sur les confins du désert d’Angad, Nador ou campaient les troupes du Bey dans il faisait une expédition dans l’intérieur des terres, Gourda ville frontière très commerçante ou se rendent les arabes du désert et Golka petit village servant de marché dans les environs

Province occidentale

La province occidentale moins fertile en grains que la contrée orientale ne lui cédait en rien sur d’autres points. La variété et la richesse de ses produits, le nombre de citernes et de ruisseaux qu’elle possède, celui des tribus qui la peuplaient, l’importance de Tremecen, d’Oran et de Mers el Kebir, du voisinage de l’Empire du Maroc, du désert et du royaume de Tafilalt en faisaient un pays commercialement aussi riche que les paysages que nous avons déjà parcourus.

Entre Oran et Tremecen se trouvent les tribus de Ismaïlia, Douairs, Bneamr, Ouledzeïr, Ouled Ali, Ouled Abdallah ;

Entre Tremecen et Mascara : Tessala, Azil, Ouled Soliman, Ouled Sidi Ganem, Serfa Dempta ;

Dans les terres de Tremecen celles de

Oulhaza, Ouled Kalta, Bnizian, Goumous, Bniedja, Bniora, Fares, Ouled Mnafsar, Ouled Beniarni;

Entre Tremecen et le désert et la frontière de Maroc, celles de

Ouadizer, Ouled Cheirr, Ousda, Engad, Gasba sidimsouchi, Melouia, Ouled Amar, Gasba sid Msoun, Isnalen, Tassar, Bnimmtar, Gor sultan, Mhiata, Ouled Gelif, Ouled Naïmi, Tarna

Toutes des tribus qui obéissaient au Bey

Plus loin et en se dirigeant vers l’intérieur du l’Afrique celles de

Tighia, Ouled sidi cheikh Tsallala, Doue Imenia, Knetza, Ainzer, Boukhais, Bnidgis

Toutes tribus commerçantes et indépendantes du Bey.

La province de Tafna possède divers ports et d’importants mouillages :

            Oran dont on peut faire un port marchand capable de recevoir de gros brick et dont la population actuelle s’élève à environ 4200 âmes dont 3400 juifs.

            Mers el Kebir dont la rade est réputée pour la sûreté et sa profondeur. L’une des meilleurs du littoral d’Afrique septentrionale et qui acquerra une importance majeure comme point militaire et commercial quand la route projetée sera construite.

            Rio Salado, espèce de baie dont l’île des pigeons forme le mouillage, elle est peu sûre et n’est fréquentée que pendant une saison de l’année.

            Harchegoun, autre baie où les navires trouvent un rocher qui les met à l’abri des vents d’Est et d’Ouest et où comme à Rio Salado on peut prendre de nombreux chargements.

Parmi les villes ou points remarquables de cette province on signale

            Tremecen, ville peuplée de 17000 familles dont 5000 juifs et 12000 maures colouglis et turcs renferment une casba qu’on dit contenir un trésor remarquable et défendue par des fortifications redoutables.

            Hamon village composée de quelques cabanes de roseaux habités par des Coabaïler

            Le quartier d’Angad peuplé de diverses tribus et qui est la clé du désert.

            Ceux des Ouled Gelif et Ouled Raimi ou vivent les tribus qui en seront les maîtres

            Celui de Tarena qui comme celui d’Angad est la seconde porte du Maroc

Commerce de la province de Schelif

De tous  temps et si on se rapporte aux sources anciennes et aux monuments laissés par les anciens à Cherchel, à Ténès sur les bords du Schelif, à Mostaganem et à Arzeou, le commerce de la province eut la plus grande activité ; parie des tribus qui avoisinent les sources du Schelif apportaient de …orientale du désert d’Angad vers le littoral à Mascara ou à Oran des quantité considérable de cire, de gomme, de dattes, de beurre, de miel, de moutons de laine, de cuirs, de kermes, une espèce de salsepareille, divers plante tinctoriales et quantité de pelleteries ;  ils les échangeaient principalement contre des étoffes, du tabac, du fer, du café quelque quincaillerie et du blé ; aux marches du désert étaient apportés à dos de chameau et en constituait le mouvement du commerce intérieur. Il était principalement dans les mains de quelques chefs de tribus et nombre de bédouins régionaux dont plusieurs malgré leur histoire apparente  ne paraissent pas que de se livrer à des opérations d’une certaine importante ; on a de la peine à croire que tels d’entre eux ne venaient jamais à Oran ou à Mascara s’approvisionner pour moins de 50 à 60 000 francs de produits européens qu’ils payaient ordinairement comptant ou en échange de marchandises ; un seul négociant d’Oran M. Lasserije leur a fournir 5 mois  pour 50 000 piastres.

            Quelques tribus de ces quartiers déversaient leur richesse dans la province d’Alger où se transporte la plus grande partie de leurs huiles, de leur citron, de leurs dattes de leurs fruits et de nombre d’autres produits secondaires. Telle était la sécurité qui régnait dans ces contrées qu’un négociant partait seul d’Oran accompagné d’un domestique et arrivait à Alger sans accident après avoir traversé d’innombrables peuplade qu’il trouvait sur sa route et dont il recevait l’hospitalité qu’on peut dire patriarcale ; chaque tribu le couvrait de sa protection particulière pour qu’aucun mauvais traitement ne leur fut fait sur son territoire tant était grande la terreur qu’inspirait la puissance du Bey ! Qu’un voyageur ait été maltraité sur le territoire d’une tribu ce dernier mandait le chef d’une tribu plus puissante qui donnait ‘ordre de punir le coupable et le châtiment terrible comme la volonté qui le commandait ne se faisait pas longtemps attendre.

On trouvait sur la route des espèces de karavanserail entretenus aux frais de riches asabl où les voyageurs étaient reçus sans aucuns frais ; ceci n’était qu’une faible partie du mouvement commercial intérieur ; nous aurons l’occasion de le voir enrichi d’autres ressources en parlant des caravanes du Tafilalt.

Le commerce du littoral ou d’importation avait une autre importance les environs de Cherchel et de Thebesse l’alimentaient de leur huile de leur savon noir de leur fruit de leurs bestiaux de leur poterie et principalement d’une espèce de légume pois chiche très gouté dans le pays. Ténès fournissait sa cire, sa gomme ses citrons son kermes ses olives ses beaux cedrats et le pays d’Arzeou ses immenses récoltes de blés et d’orge, ses innombrables troupeaux de bœufs, de moutons, de chèvres et ses masses de sel, de laine et de cuir. On compte que chacune des tribus qui longent le rivage peut faire annuellement 50 chargements de 200 hommes de ces divers produits. Arzeou chargeait chaque année de 250 à 300 navires et ses exportations n’étaient pas moins de 20 à 25 000 fanègues de grains par semaine, il fut exporté de ce port dans l’espace de quelques mois 80 000 bœufs pour l’armée anglaise (avant 1814).

Il faut dire que le bey soit qu’il voulut réduire sa dépense administrative soit qu’il voulut arrêter la contrebande sur le littoral où sa surveillance ne s’exerçait qu’imparfaitement avait laissé le droit de commercer par exportation aux seuls ports d’Alger, d’Oran et du Rio Salado avec Mascara ou permis d’exportation dont il faisait le commerce n’étaient reçu que dans un de ces trois ports. Il était expressément défendu d’exporter ou même d’importer par tout autre port sous peine de mort, c’était le bon temps de la Barbarie !

Commerce de la province de la Tafna

Comme le littoral de la partie orientale, celui de la partie occidentale de la province d’Oran est fertile en grain et contient beaucoup de bestiaux dont les exportations donnaient aux ports d’Oran de Mers el Kebir et de Rio Salado une activité à peu près continue pour ne parler que du commerce d’importation de la province de la Tafna que comme possession…. Pressé que nous sommes d’arriver jusqu’à Tremecen et d’explorer la route du royaume de Tafilelt.

De Tremecen à Oran, les chemins sont montueux et ces deux villes ne communiquent guère entre elles que par l’intermédiaire de Mascara. Leur importance réciproque donnait à leur rapport par cette voie un moment remarquable Oran étant en quelque sorte le commissionnaire de Tlemcen qu’il approvisionnait de toutes les marchandises de l’Europe en échange des huiles, des fruits, des tapis et des étoffes de soie et d coton et du marocain qu’il en recevait ; Tremcen par sa position, par sa richesse et le nombre de ses commerçants était l’entrepôt naturel de la province de la Tafna. Le marché que fréquentaient les tribus environnantes, le centre du commerce intérieur de la partie occidentale de la province d’Oran ; faut-il dire que l’activité commerciale de Tremecen constamment entretenue par ses rapports avec les peuplades qu’il fournissait recevait à des époques différentes de l’année un notable accroissement.

Nous avons mentionné à dessein la tribu qui vivent entre Tremecen, le désert et la frontière sud est de Maroc et celle que l’on retrouve au-delà sur la route du royaume de Tafilalt, peuplade riche et libre et, qui malgré leur trésor et leur indépendance eussent mourut de faim si la province d’Oran ne les avait pas nourries !

À une certaine époque de l’année nombre de ces tribus réunies par le besoin de donner un écoulement à leur produit et de ne procurer le blé qui leur refuse les sables du Sahara, se dirigeaient en caravanes vers les états du bey.

L’histoire de ces pèlerinages commerciaux a quelque chose de remarquable, conduite par la tribu des Knetsa toute composée de marabouts et à qui le fanatisme des tribus voisines laissaient un libre accès, l’armée de ces saints commerçants se mettait en marche emmenant avec elle 2 ou 3000 chameaux chargés ; arrivé aux confins de la province d’Oran, la voix puissante du Bey les arrêtait.

Des députés choisis parmi les plus respectables d’entre eux étaient mandés vers le bey. Ils lui apportaient en présents des nègres des face de poils de chameaux, des moutons et des sommes considérables d’argent qui servaient en partie à acquitter les tributs payés par lui au dey d’Alger. Ils venaient humblement lui demander la permission d’enrichir sa province de leur produit ; on leur désignait la tribu qui devrait leur fournir les grains et les marchandises qu’ils donnaient en échange. Ils se rendaient sur son territoire et là s’établissait le marché.

On y échangeait contre les grains du pays les denrées coloniales et les produits de l’industrie européenne, les troupeaux de mouton, la poudre d’or la gomme arabique, le sandarac, les burnous, les plumes d’autruches, la cire et les dents d’éléphants, les nègres les tissus de poils de chameaux, les plantes médicinales la riche pelleterie et soixante sortes de dattes apportées du désert. Les transactions terminée la caravane payait le droit d’entrée et de sortie d’un boudjou par charge et regagnais dans l’ordre le plus parfait son pays natal ; il arrivait souvent que les caravaniers rendus sur la frontière du pays d’Oran se divisaient pour aller vers Tremecen partie sur Alger par Medea où elle faisait leur halte. C’est en traversant la partie orientale de la province de Schelif qu’elles y organisaient les transactions dont nous avons déjà parlé.

Le chef ordinaire de ces caravanes qui indépendamment de la tribu presqu’entière de Knelza était composée des peuplades de Sidi Sehh, Amiah, Ziddou et d’autres contrées de l’intérieur[4], le cheikh Benlouamari chef d’une partie de la tribu du désert à qui le bey dont il était l’espion et l’ami avait donné le droit de vie et de mort sur son peuple ; disons à leur louange qu’ils commettaient rarement des exactions sur leur route.

La dernière caravane qu’on ait vu venir sur les confins de la province d’Oran parut 2 mois avant la prise d’Alger par les Français, on vendait à cette époque d’orge à 17 mouzouir la fanègue, le blé ½ douro, les bœufs 9 à 10 boudjoux, les chevaux 30 à 40 boudjoux, les moutons 1 boudjou la laine 7 à 8 mouzoun la toison (7 à 8 livres) les plumes d’autruches 30 boudjou les deux ailes et la queue, les dattes 17 boudjou la charge (4 fanègue).

Tel était l’état du commerce de la province d’Oran au temps du Bey Hassan. La renaissance entraînerait pour la France d’innombrables avantages. Nous examinerons dans une seconde note la question de savoir s’il peut être rétabli tout ou partie et quel est le système politique qu’il conviendrait d’appliquer à l’administration de ce pays pour obtenir quelques résultats

Capitaine ????


[1] Cette dernière indignée du meurtre commis sur la personne de l’un de ses chefs par les ordres de Maï el Din en punition du peu d’empressement qu’il avait mis à se ranger sous ses drapeaux pour nous attaquer, parcourt en ce moment le pays pour dompter et nous soumettre toutes les tribus qui l’environnent.

[2] Coloughlis : fils de Turcs

[3]  Il serait à désirer que ce port qui depuis longtemps ‘a pas été fréquenté fut exploité par la France, il ne serait peut-être pas impossible de rétablir la Darse que les romains y avaient construite est qui le rendait très important. La vieille enceinte de la ville avait la même étendue que celle de Carthage.

[4]  La position des tribus du royaume de Tafilalt les mettant en rapport avec l’intérieur de l’Afrique, souvent des négociants de Fezzan et de Tombouctou se joignaient à leur caravane c’est à Tafilalt que se faisaient la séparation de la grande caravane dont une branche de détachait vers le Maroc. Aux rapports de personnes qui connaissent le pays de Tafilalt qu’on ne désigne guère à Oran que sous le nom de Las Indias ou Las Amezinas on trouve dans le district de Ait Hata les plus beaux chevaux de l’Afrique, on compte que cette seule tribu peut en mettre sur pied en temps de guerre 30 000 dont la race, n’est pas altéré et dont ces arabes sont très jaloux. On prétend qu’ils sont dans l’usage d’orner les naseaux d’anneaux d’or. On récolte dans les environs de Buitji soixante sorte de dattes dont quelques-unes ont jusqu’à 61 pieds de long. Celles que l’on connaît sur le nom de Mesjoul est la plus estimée. 2 dattes de cette province suffisent au repas d’un homme (il ne serait pas impossible que cette circonstance particulière ait fait passer en proverbe la sobriété des arabes du désert). On en fabrique ans le pays une espèce d’alcool très recherché écrasé dans du lait ces datte forment un met qu’on dit exquis. C’est principalement dans le quartier de Box que l’on pêche selon l’expression du pays, l’or qui est apporté par les caravanes. On le trouve en paillette à la surface du sol.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.