Histoire, archéologie : topographie. identifier les lieux, du nom au site

Le Touat : localisations et itinéraires, permanences et évolutions XIVe-XIXe

Atelier du 11 mai 2022 présenté par Ingrid Houssaye Michienzi et Agnès Charpentier

Cet atelier avait pour objet de réfléchir à la manière d’appréhender, dans un contexte cartographique et géographique, les informations sur le Touat présentes dans les sources. Cinq textes rédigés du XIVe au XIXe siècle décrivant la même région saharienne ont servi de support de base et ont été l’objet d’une critique constructive au sujet de leur fiabilité. Deux cartes du XIVe siècle et deux autres du XIXe siècle ont par ailleurs permis une discussion sur l’évolution de la représentation des connaissances. Enfin, en un troisième temps, une réflexion sur la manière de représenter les données sur un SIG a été abordée.

Les premiers textes d’Ibn Battūta, d’Ibn Khaldūn et du marchand génois Antonio Malfante ont été étudiés de manière chronologique. Les informations qu’ils contiennent ont été comparées entre elles et confrontées aux représentations graphiques du XIVe siècle réalisées à Majorque et figurant dans les cartes marines d’Angelino Dulcert et de Mecia de Viladestes. Si les évolutions dans les tracés d’itinéraires peuvent facilement être retrouvées et retracées grâce à l’analyse des cartes, en revanche, les temps de trajets sont plus difficiles à déterminer à cause de l’imprécision des sources dont nous disposons.

Les documents du XIXe siècle (textes de Daumas et de Colomb) ont été analysés à la lumière des renseignements tirés des textes et des cartes médiévaux mais aussi à travers leur apport sur les itinéraires, la durée des étapes et les précisions sur la toponymie. Les cartes jointes ont permis de mieux saisir la géographie de la région du Touat et aussi les modalités de l’implantation humaine. Les images satellites ont été analysées en regard des cartes du XIXe siècles et des informations médiévales. Les données replacées sur un SIG permettent ainsi de cartographier, avec une profondeur historique, quand cela est possible, et avec une certaine précision les itinéraires et leur évolution, la localisation de l’habitat et l’emplacement des cultures.

En conclusion de cet atelier, il apparaît que cette analyse sur la longue durée, confrontant textes, cartes, et images satellites permet de mieux comprendre l’histoire de la région du Touat et la place qu’elle tient dans les circuits commerciaux sahariens. Les sources contemporaines et les images satellites permettent de palier, en partie, les informations partielles des textes médiévaux ; il faut toutefois être très prudents à ne pas tirer de conclusions hâtives, car l’écart historique entre les sources est important.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.