Les différents axes de recherche du projet

Ce projet de recherche a pour objectif de proposer le Sahara tardo-médiéval comme objet d’étude à partir d’une relecture de documents parfois connus, souvent inexploités. Il s’agit de croiser des sources de nature et d’origine diverses qui ont trop fréquemment été analysées de façon cloisonnée par des spécialistes de différentes aires géographiques, ou qui ont été négligées par une historiographie dépassant rarement les frontières de l’Europe actuelle et considérant cet espace comme exotique et marginal.

Cette démarche de relecture et de confrontation d’une large documentation ne peut être appréhendée que collectivement, afin de dépasser le cloisonnement souvent imposé par la nature des sources et des terrains d’enquête. L’équipe créée autour de ce projet réunit des talents multiples. La diversité des langues maîtrisées par ses membres permet de multiplier les aires d’investigation et de s’intéresser à des productions écrites aussi bien en langues romanes (français, italien sous ses différentes formes régionales, catalan, castillan, portugais), en langues germaniques (allemand, anglais) qu’en langues sémitiques (arabe sous ses formes littéraire et dialectales, hébreu, judéo-arabe). L’équipe réunit également des compétences techniques très diverses, relevant de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, de la palynologie, de l’informatique, de la cartographie… autorisant l’étude de types de supports variés allant de registres de comptes à des relevés topographiques, en passant par l’analyse de photographies, de prélèvements sédimentaires, de récits de voyages, de traités religieux et l’exploration de données de sites archéologiques.

Des choix ont néanmoins été réalisés car un tel projet ne peut prétendre à l’exhaustivité. L’enquête se focalise ainsi sur le Sahara central et occidental, couvrant les actuels États de l’Algérie, du Maroc, de la Mauritanie, du Mali et du Niger. Ce choix géographique concorde avec les aires de recherche des membres de l’équipe. Il apparaît également comme un espace présentant une cohérence, à la fois culturelle, économique et religieuse. Cet espace saharien sera l’objet d’une approche multiscalaire, du local au global. Penser le Sahara exige de concevoir cet espace non seulement comme une interface dynamique, capable d’assurer la connexion et la mise en étroite relation des territoires qui l’entourent, mais également comme une aire chrono-culturelle à part entière. Notre démarche nécessite l’emploi de cette double focale exigeant l’étude de situations locales précises et l’analyse de contextes plus larges. L’enquête prendra en compte trois siècles de documentation permettant la mise en valeur des continuités/discontinuités et des dynamiques. Il s’agit d’une période marquée par un appauvrissement documentaire conséquent, entre la richesse apportée par les sources issues de la Geniza du Caire disponibles jusqu’aux années 1250, et le renouveau apporté par les sources directes occidentales au début du xvie siècle. Du point de vue historique, cette période se situe entre la formation de l’Empire de Mali dans le courant du XIIIe siècle et les années 1530, moment où l’expansion portugaise sur les côtes atlantiques, les conquêtes ottomanes en Afrique du Nord et les premières pénétrations européennes au Sahara bouleversent cet espace.

Chaque axe du projet est placé sous la responsabilité d’un membre de l’équipe qui coordonnera les travaux des différents participants, tout en collaborant lui-même à d’autres axes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.