Archives contemporaines

De l’utilisation des archives contemporaines (Agnès Charpentier)

Les archives contemporaines peuvent, dans une certaine mesure, aider l’historien ou l’archéologue médiéviste ou moderniste à documenter l’histoire d’une région ou à retrouver des sites ou des monuments aujourd’hui disparus ou très transformé à la suite des réutilisations ou des restaurations récentes.

Les documents, rédigés dans les premières années de la conquête, qu’il s’agisse de cartes, de plans ou de rapports de renseignements ou encore de descriptions d’itinéraires nous fournissent nombre d’indications précieuses sur l’état de la région qu’ils traitent : routes, peuplement, cultures, cours d’eau, vestiges archéologiques parfois ; ces renseignements permettent de tracer une image vivante des paysages décrits et de retrouver les hommes qui les peuplent.

Il faut cependant toujours garder à l’esprit que ces rapports, notes, notices ou reconnaissance sont écrits par des hommes qui, souvent, ne connaissent pas ou peu le monde qu’ils découvrent, et qu’ils répondent à un besoin particulier : état des routes et des chemins, état des lieux d’une fortification, forces en présence, commerce éventuel… Les informations sont donc parfois parcellaires et il faut, toujours, les recontextualiser.

Ces archives nous donnent à voir, pour l’Algérie, un état du pays à la fin de l’époque ottomane, il faut donc confronter les renseignements qu’elles contiennent à d’autres sources historiques pour vérifier la véracité des éléments qu’elles contiennent et ainsi retrouver une image plus ancienne des régions, itinéraires ou villes décrites.

Fonds d’archives utilisés pour l’Algérie :

Service historique de la Défense (SHD – Vincennes, France) conserve les mémoires, rapports, cartes, dessins établis par les autorités militaires. La série 1H concerne l’Algérie, la série 1M regroupe les reconnaissances. Il faut également y joindre les archives du Génie qui renseignent plus précisément sur les monuments et l’urbanisme. https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

Archives nationale d’Outre-Mer (ANOM – Aix en Provence) http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/ Les ANOM conservent les archives transférées d’Algérie à l’indépendance. Le fonds du Gouvernement général de l’Algérie (GGA) renferme plusieurs séries qui peuvent apporter de nombreuses informations à l’historien ou l’archéologue médiéviste ou moderniste. Il s’agit de la série H Affaires indigènes, les séries I (Algérois), J (Oranie) et K (Constantinois) qui renferment les archives des Bureaux arabes, et la série M Propriétés indigènes. À l’intérieur de la série H, sans aucun doute la plus intéressante pour une étude historique de la conquête, il faut signaler les sous-séries 4 H – Explorations et voyages, 10 H – Études et notices sur l’Algérie et l’Islam, 21-24 H, 21-22 HH – Territoires du Sud, 30-32 H – Maroc.

La série H et notamment les sous-séries 21et 22H complètent avantageusement la série 1M du Service historique de la Défense. On y retrouve les rapports d’inspections, les reconnaissances vers le Sud ou encore les expéditions menées dans le Gourara, le Touat mais aussi vers les vallées de la Zousfana et de la Saoura ou encore vers celle de l’oued Guir. Le fonds du Senatus Consulte (série 1M), en partie numérisé (https://recherche-anom.culture.gouv.fr/ark:/61561/2671342), est lui aussi un fonds intournable pour une étude historique de l’Algérie

L’historien y trouvera des informations concernant le paysage, les cultures, l’organisation sociale, le commerce, les itinéraires et les points d’eau, des notices historiques sur les populations et également des éléments sur l’architecture.



Citer ce billet
agnescharpentier (2023, 6 novembre). Archives contemporaines. Repenser le Sahara médiéval (XIIIe-XVIe siècles). Documents connus, lectures inédites. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tv2w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.