Le fonds Datini, une richesse insoupçonnable pour l’histoire de l’Afrique saharienne

Plumes d’autruche, dattes, maniguette… Ces produits sahariens et subsahariens emblématiques circulaient à très large échelle méditerranéenne et européenne et ont laissé des traces de leur passage dans les documents du fonds Datini.

Riche de plus de 150 000 lettres et d’environ 600 registres de compte, le fonds Datini des archives de Prato est une documentation d’un apport considérable pour l’histoire économique et sociale de l’Europe et de l’espace méditerranéen de la fin du Moyen Âge. Il est lié à la carrière de Francesco di Marco Datini, homme d’affaires né à Prato, près de Florence, vers 1335. Après avoir débuté ses activités à Avignon, il rentra en Toscane en 1382, et développa ses entreprises en créant des filiales à Prato, à Pise, à Florence et à Gênes. Dans les années 1390, il étendit ses affaires à l’aire ibérique avec l’implantation de filiales à Barcelone, à Valence et dans l’île de Majorque. Toutes ses filiales étaient indépendantes ; seule la personne de Francesco Datini les réunissait puisqu’il était l’associé majoritaire de chacune d’entre elles. Il mourut le 16 août 1410, en sa ville natale de Prato.

Sans héritier, il légua tous ses biens à une fondation pieuse. Il s’agissait de sa fortune toute entière, mais encore de la maison dans laquelle il vivait et qui renfermait son legs le plus précieux : l’ensemble des archives générées par ses activités. Il s’agit d’une collection de documents produits entre les années 1360 et 1411, de nature commerciale et privée, parmi lesquels émergent deux principaux outils de gestion : les correspondances et les comptabilités. Cette richesse est aujourd’hui déposée à l’Archivio di Stato de Prato, qui a son siège dans l’antique demeure du marchand.

Une part infime de la documentation conservée contient des documents rédigés en Afrique : seules 44 lettres, provenant de diverses villes d’Afrique du Nord, notamment côtières, sont recensées. Néanmoins, ce fonds permet d’éclairer quelles furent les stratégies des marchands florentins pour commercer avec le Maghreb, l’Afrique saharienne et subsaharienne, à travers la documentation concernant l’espace ibérique et surtout celle issue de l’île de Majorque qui comprend près de 14 000 lettres marchandes et plus d’une cinquantaine de registres comptables de différentes natures.

Les correspondances (intégralement numérisées sur le site des archives de Prato : http://datini.archiviodistato.prato.it/) et les comptabilités permettent de suivre les cargaisons de marchandises, d’identifier les flux et les points de rupture de charge et d’identifier les principaux acteurs sur lesquels reposaient le commerce avec l’espace africain.




Citer ce billet
Ingrid Houssaye Michienzi (2023, 13 novembre). Le fonds Datini, une richesse insoupçonnable pour l’histoire de l’Afrique saharienne. Repenser le Sahara médiéval (XIIIe-XVIe siècles). Documents connus, lectures inédites. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tv2y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.