Archives de catégorie : Actualités

In Gall – Ighazer – Venez découvrir la plaine de l’Ighazer et la palmeraie d’In Gall (Niger)

http://www.ingall-niger.org/

Ce récit vous présente Une Histoire de l’Ighazer et de sa capitale, la petite ville d’In Gall, siège de la Cure Salée, la plus grande transhumance d’Afrique de l’ouest. Les articles évoluent très régulièrement au grès des lectures de l’auteur et ne reflètent donc qu’une approche encore parcellaire de l’histoire de cette contrée. Son originalité est de traiter de toute l’histoire d’une petite région depuis la naissance du Sahara, les dinosaures, les premiers hommes qui auraient pu fouler la plaine argileuse, jusqu’à la décolonisation du Niger, sous toutes ses coutures, environnementale, sociologique, linguistique, historique, archéologique, etc. Tous les apports constructifs sont les bienvenus.

Atlas archéologique satellitaire de la plaine de l’Ighazer http://www.ingall-niger.org/avant-hier/atlas-archeologique

Cet atlas recense, à partir d’une prospection des images satellites, l’ensemble des éléments archéologiques de la plaine de l’Ighazer et de l’Aïr, monuments funéraires néolithiques et pré-islamiques, constructions médiévales ou historiques de l’Ayar. Cette contribution est le fruit d’une prospection de près de 7 années et sûrement quelques centaines d’heures d’arpentage d’images satellitaires. Outre une vision de plus en plus complète de la zone d’étude, certaines hypothèses sont émises à la suite de travaux statistiques ou géographiques que l’on retrouvera dans les « notes thématiques ». Il n’en demeure pas moins une nécessité de partager ces données et informations afin de recueillir des avis et propositions ou contre-propositions, participant ainsi à la construction de l’histoire de cette région, couvrant une période allant du néolithique au moyen âge et même sur des éléments archéologiques de la plaine de l’Ighazer et de l’Aïr. qui nous sont contemporains.

L’Atlas est donc complété par des « notes thématiques », basées sur une typologie non définitive des éléments inventoriés , issue de l’observation satellitaire. Les données brutes sont disponibles pour tout chercheur amateur ou professionnel et sont publiées selon les termes de la licence libre Creative Commons, permettant ainsi à tout chercheur de produire, à partir de ces données, des recherches sur cette zone du Nord Niger. Cet atlas est numéroté en version, il est appelé à être mis à jour, au gré de l’avancement de ces travaux.

L’auteur : Laurent Jarryhttps://www.linkedin.com/in/laurentjarry/ Après 3 ans passés entre Aïr et Ighazer, Laurent Jarry se plonge dans l’histoire de cette région en proposant une Histoire de l’Ighazer. Aujourd’hui ingénieur de la transition écologique, il met à profit ses compétences en Système d’information géographique pour participer à la connaissance de cette région du Nord Niger. Il préside également l’association Chlorophylle, qui œuvre sur les questions de salubrité et d’accès à l’eau pour la petite ville d’In Gall.

Recherche géographique sur le Sahara

Les Cahiers L’Ouest saharien proposent un numéro spécial dédié à la recherche géographique sur le Sahara, à ses évolutions, ses nouveaux objets et outils d’investigation (voir le descriptif complet en pièces jointes FR, ESP, ENG).


Les propositions sont à transmettre au plus tard le 10 septembre 2022.


Coordinateurs : Crépy Maël (Membre scientifique IFAO, UMR5133 Archéorient) & Gagnol Laurent (Maître de conférences Université d’Artois, UR 2468 Discontinuités)

Trans-Saharan and Saharan Trade: new approaches and new sources to a global economic system (800-1850)

Session présentée au XIX WEHC (World Economic History Congress), Campus Condorcet, 2022

https://www.wehc2022.org/program-details/trans-saharan-and-saharan-trade-new-approaches-and-new-sources-to-a-global-economic-system-800-1850

Over the past two decades, the history of the Sahara has undergone a remarkable renewal. Old historiographical conceptions, making this vast desert area a barrier or a void to cross, have been abandoned in favor of a whole series of studies focusing on the Sahara as an inhabited, connected and connecting space.

About pre-colonial Africa, the 19th century was the subject of the most important economic and social history surveys due to a greater amount of documentation. Books of historians such as Judith Scheele and Ghislaine Lydon have shed light on the economic history of trans-Saharan trade through legal, anthropological and cultural perspectives.

With regard to the older centuries, a similar trend has recently been observed. However, it is still largely insufficient in view of the economic weight of trans-Saharan trade in the Mediterranean world system. This session thus offers to continue these reflections, by mobilizing both new European and African sources and new approaches developed in the history of trans-Saharan trade.

It will be a question of taking into account the Sahara itself and its populations in the activity of large-scale trade and multiplying the points of view, from the Mediterranean Sea and the Maghreb, the Sahel and the savannah, in order to highlight the extra-Saharan ramifications of the roads and networks of this trading system. Products and resources will be at the heart of our analysis. Indeed, this economic system could not have existed without the presence of significant quantities of gold south of the Sahara, a factor that caused this major trade to take off in the middle of the 8th century.

However, this trade cannot be reduced to a simple gold rush of caravans from north to south. It was infinitely more complex and became more and more structured over time. Since the Sahara and the Sahel were politically organized, it follows a logic of supply and demand, with mutual needs conditioning prices and roads. Beyond the classic trinity of gold, salt and slaves, this session will pay particular attention to other resources that may have been underestimated but are being reassessed in the light of new sources and reflections, such as copper, feathers, cowrie, handicrafts, fabrics etc.

Continuer la lecture de Trans-Saharan and Saharan Trade: new approaches and new sources to a global economic system (800-1850)

Tuscan Sources and late medieval Libya : an exploration – online

Intervention d’Ingrid Houssaye Michienzi au webinar « Revisiting the History of Medieval libya (7th-16th centuries). Sources, Analyses, Projects », 15 juin 2022.

From the 12th century onwards, despite persistent signs of mutual aggression, the merchant cities of northern Italy and the Maghreb developed their relations in the direction of their economic interests. The rise of those trading cities as Genoa, Pisa, Venice and Florence had brought them to the position of centers of naval, military and economic power, in a position to intervene extensively in the Mediterranean area. The development of shipbuilding and trading fleets offered means of transport to connect more distant coasts. For Florence, it relied mostly on the Pisan fleet. At the same time, commercial techniques were developed through trade associations (that allowed to share the costs and profits of large-scale maritime trade), through insurance systems (to limit the risks of navigation on the most dangerous routes) and through the appearing of large merchant companies, mostly for Florence, which were established through representatives in the major European and Mediterranean trading centers.

The sources we have for Tuscany regarding Libya are thus mainly linked to this commercial boom and expansion in the Mediterranean. They come from the merchant circles that dominated the political structures of the various communes and republics. I will mainly focus on sources concerning the cities of Pisa, Florence and Prato. I will offer you a non-exhaustive overview of the sources we have, presented in a typological manner: first the official documents, then merchant ones and finally more literary sources. I will sometimes go away from Tuscany to compare with documents from other merchant cities of the Italian peninsula.

Le Maghreb et ses marchés : vente, consommation et espaces de transit

Intervention d’Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée) au colloque international « Réécrire l’histoire du Maghreb médiéval. Session 3 : Repenser les territorialités ; Économies et cultures matérielles ; Dynamiques sociales », juin 2022

Les marchés maghrébins des XIIIe-XVe siècles constituaient à la fois des lieux de vente d’articles produits ou récoltés dans l’espace maghrébin, des lieux de consommation et des lieux de transit par lesquels débouchaient sur la Méditerranée des articles convoyés depuis l’Afrique saharienne et subsaharienne. L’historiographie a longtemps considéré ces espaces comme marginaux et livrés à la rapacité européenne. Les consommateurs maghrébins auraient passivement englouti les marchandises européennes, issus d’industries prospères et développées, ne fournissant en échange que des produits non transformés. Cette communication sera l’occasion de revenir sur ce schéma très réducteur. Elle permettra de se focaliser à la fois sur les courants d’échanges intérieurs au monde africain et d’explorer la question de la consommation à travers les goûts des acheteurs, notamment dans le domaine de la production textile. À travers des exemples concrets et bien documentés elle cherchera également à lever le voile sur l’organisation des transactions et à mettre en lumière les différents acteurs négociant et opérant sur ces marchés.