Note sur le commerce de la province d’Oran au temps de la domination des Beys (1832)

SHD 1H225

[L’orthographe originale a été respectée ; transcription Agnès Charpentier, UMR 8167]

Il faut avant d’entamer l’histoire commerciale de la province d’Oran au temps passé, apprendre à connaître le pays statistiquement

On peut le diviser en deux parties : 1 la partie orientale qui s’étend depuis Oran jusqu’aux confins de la province d’Alger, et que nous appelons le Schelif du nom de la rivière qui l’arrose ; 2 la partie occidentale qui comprend les terres situées entre Oran et les limites de l’empire de Maroc à laquelle on pourrait donner le nom de Tafna pour le même motif.

Province orientale

Toute la partie orientale est à peu près cultivé ou susceptible de l’être, l’eau et le bois y abondent. Le Schelif et une quantité de ruisseaux l’arrose et la route d’Oran à Alger la traverse. Le nombre de poste qu’elle a sur la méditerranée, celui des villes qu’elle renferme dans l’intérieur, la position particulière de Mascara, lui assuraient des avantages dont la plupart furent longtemps exploités et pourraient être facilement mis à profit pour la France.

Continuer la lecture de Note sur le commerce de la province d’Oran au temps de la domination des Beys (1832)

Notice sur les tribus de la province d’Oran

SHD 1H225

Par G. Tatareau capitaine au Corps royal d’État-Major. Oran 30 avril 1833. [L’orthographe originale a été respectée ; transcription Agnès Charpentier, UMR 8167, 2019]

Pour la carte voir BNF C & Pl GE C-4460 – Carte des tribus de la province d’Oran, par G. Tatareau, 1833 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530633939.r=GE%20C-4460?rk=21459;2

Les Kobails et les Arabes sont divisés en tribus.

Les premiers habitent sous des huttes ou sous de méchantes maisons formant des groupes appelés Detcheras et joignent quelques industries au soin de l’agriculture. Plusieurs font néanmoins usage de tentes pendant la saison des herbes et en été.

Les autres, dans lesquels se confondent les Maures de la campagne, ne vivent que sous la khayma (tente) circonstance qui seule indique leurs habitudes nomades. Toutefois, ces migrations se font dans un espace déterminé. Il existe de tribu en tribu des limites invariables dans l’intérieur desquelles chaque douar ou camp change de position tous les 15 ou 20 jours pour profiter des pâturages, faire les semences ou la moisson ou s’abriter en hiver. La distance parcourue est ordinairement d’1 à 3h de chemin mais dans le désert les arabes errent sur une surface beaucoup plus considérable n’ayant point de demeures fixes, ils enfouissent leurs grains dans des matamores ou matmores. Du reste ils ne connaissent et n’estiment d’autres art que l’agriculture. Ils partagent leur vie entre les champs, la guerre et le repos.

Continuer la lecture de Notice sur les tribus de la province d’Oran