West African Script Styles: Between Paleography and History

Mauro Nobili (University of Illinois)

Mauro Nobili interviendra lors du séminaire Calligraphie aux frontières du monde islamique (CallFront) qui aura lieu le 6 décembre 2023, de 17h à 19h, à l’Institut National d’Histoire de l’Art (Paris), salle Walter Benjamin.

Résumé : Les spécialistes des calligraphies en caractères arabes ont souvent négligé l’Afrique de l’Ouest, désignant les styles locaux sous le terme Maghribi, écriture pourtant propre à l’Afrique du Nord, ou Sudani, sorte de version rudimentaire du Maghribi. Cette conférence s’attachera à explorer la généalogie du mot Sudani et à démontrer son inadéquation. La comparaison de trois calligraphies, le Saharawi, le Suqi et le Barnawi, permettra de proposer une classification plus précise. Loin de se limiter à un exercice de paléographie, l’analyse de ces formes fournit des informations cruciales sur le développement de l’alphabétisation en Afrique de l’Ouest.

Le fonds Datini, une richesse insoupçonnable pour l’histoire de l’Afrique saharienne

Plumes d’autruche, dattes, maniguette… Ces produits sahariens et subsahariens emblématiques circulaient à très large échelle méditerranéenne et européenne et ont laissé des traces de leur passage dans les documents du fonds Datini.

Riche de plus de 150 000 lettres et d’environ 600 registres de compte, le fonds Datini des archives de Prato est une documentation d’un apport considérable pour l’histoire économique et sociale de l’Europe et de l’espace méditerranéen de la fin du Moyen Âge. Il est lié à la carrière de Francesco di Marco Datini, homme d’affaires né à Prato, près de Florence, vers 1335. Après avoir débuté ses activités à Avignon, il rentra en Toscane en 1382, et développa ses entreprises en créant des filiales à Prato, à Pise, à Florence et à Gênes. Dans les années 1390, il étendit ses affaires à l’aire ibérique avec l’implantation de filiales à Barcelone, à Valence et dans l’île de Majorque. Toutes ses filiales étaient indépendantes ; seule la personne de Francesco Datini les réunissait puisqu’il était l’associé majoritaire de chacune d’entre elles. Il mourut le 16 août 1410, en sa ville natale de Prato.

Sans héritier, il légua tous ses biens à une fondation pieuse. Il s’agissait de sa fortune toute entière, mais encore de la maison dans laquelle il vivait et qui renfermait son legs le plus précieux : l’ensemble des archives générées par ses activités. Il s’agit d’une collection de documents produits entre les années 1360 et 1411, de nature commerciale et privée, parmi lesquels émergent deux principaux outils de gestion : les correspondances et les comptabilités. Cette richesse est aujourd’hui déposée à l’Archivio di Stato de Prato, qui a son siège dans l’antique demeure du marchand.

Une part infime de la documentation conservée contient des documents rédigés en Afrique : seules 44 lettres, provenant de diverses villes d’Afrique du Nord, notamment côtières, sont recensées. Néanmoins, ce fonds permet d’éclairer quelles furent les stratégies des marchands florentins pour commercer avec le Maghreb, l’Afrique saharienne et subsaharienne, à travers la documentation concernant l’espace ibérique et surtout celle issue de l’île de Majorque qui comprend près de 14 000 lettres marchandes et plus d’une cinquantaine de registres comptables de différentes natures.

Les correspondances (intégralement numérisées sur le site des archives de Prato : http://datini.archiviodistato.prato.it/) et les comptabilités permettent de suivre les cargaisons de marchandises, d’identifier les flux et les points de rupture de charge et d’identifier les principaux acteurs sur lesquels reposaient le commerce avec l’espace africain.


Missions aux ANOM 2020-2023

Agnès Charpentier a effectué, à côté des recherches aux Service historique de la Défense, trois missions aux Archives nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence entre 2020 et 2023. Elle s’est particulièrement attachée à dépouiller les séries 4H, 10H, 22H et 30H pour retrouver les documents écrits au moment de la conquête et pouvoir ainsi analyser ce qui intéressait les militaires à ce moment et comprendre leur vision sur le pays qu’il découvrait et surtout sur les hommes. Une trentaine de cartons ont été analysés et les informations recueillies ont nourri les communications et articles réalisés lors du projet en particulier sur le commerce, l’architecture et l’analyse spatiale et la perception de la société. Les cartes, croquis et dessins qui accompagnent les textes permettent d’avoir une image vivante et plus concrète de la façon dont les militaires percevaient et comprenaient ce qu’ils découvraient.

Archives contemporaines

De l’utilisation des archives contemporaines (Agnès Charpentier)

Les archives contemporaines peuvent, dans une certaine mesure, aider l’historien ou l’archéologue médiéviste ou moderniste à documenter l’histoire d’une région ou à retrouver des sites ou des monuments aujourd’hui disparus ou très transformé à la suite des réutilisations ou des restaurations récentes.

Les documents, rédigés dans les premières années de la conquête, qu’il s’agisse de cartes, de plans ou de rapports de renseignements ou encore de descriptions d’itinéraires nous fournissent nombre d’indications précieuses sur l’état de la région qu’ils traitent : routes, peuplement, cultures, cours d’eau, vestiges archéologiques parfois ; ces renseignements permettent de tracer une image vivante des paysages décrits et de retrouver les hommes qui les peuplent.

Il faut cependant toujours garder à l’esprit que ces rapports, notes, notices ou reconnaissance sont écrits par des hommes qui, souvent, ne connaissent pas ou peu le monde qu’ils découvrent, et qu’ils répondent à un besoin particulier : état des routes et des chemins, état des lieux d’une fortification, forces en présence, commerce éventuel… Les informations sont donc parfois parcellaires et il faut, toujours, les recontextualiser.

Ces archives nous donnent à voir, pour l’Algérie, un état du pays à la fin de l’époque ottomane, il faut donc confronter les renseignements qu’elles contiennent à d’autres sources historiques pour vérifier la véracité des éléments qu’elles contiennent et ainsi retrouver une image plus ancienne des régions, itinéraires ou villes décrites.

Fonds d’archives utilisés pour l’Algérie :

Service historique de la Défense (SHD – Vincennes, France) conserve les mémoires, rapports, cartes, dessins établis par les autorités militaires. La série 1H concerne l’Algérie, la série 1M regroupe les reconnaissances. Il faut également y joindre les archives du Génie qui renseignent plus précisément sur les monuments et l’urbanisme. https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

Archives nationale d’Outre-Mer (ANOM – Aix en Provence) http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/ Les ANOM conservent les archives transférées d’Algérie à l’indépendance. Le fonds du Gouvernement général de l’Algérie (GGA) renferme plusieurs séries qui peuvent apporter de nombreuses informations à l’historien ou l’archéologue médiéviste ou moderniste. Il s’agit de la série H Affaires indigènes, les séries I (Algérois), J (Oranie) et K (Constantinois) qui renferment les archives des Bureaux arabes, et la série M Propriétés indigènes. À l’intérieur de la série H, sans aucun doute la plus intéressante pour une étude historique de la conquête, il faut signaler les sous-séries 4 H – Explorations et voyages, 10 H – Études et notices sur l’Algérie et l’Islam, 21-24 H, 21-22 HH – Territoires du Sud, 30-32 H – Maroc.

La série H et notamment les sous-séries 21et 22H complètent avantageusement la série 1M du Service historique de la Défense. On y retrouve les rapports d’inspections, les reconnaissances vers le Sud ou encore les expéditions menées dans le Gourara, le Touat mais aussi vers les vallées de la Zousfana et de la Saoura ou encore vers celle de l’oued Guir. Le fonds du Senatus Consulte (série 1M), en partie numérisé (https://recherche-anom.culture.gouv.fr/ark:/61561/2671342), est lui aussi un fonds intournable pour une étude historique de l’Algérie

L’historien y trouvera des informations concernant le paysage, les cultures, l’organisation sociale, le commerce, les itinéraires et les points d’eau, des notices historiques sur les populations et également des éléments sur l’architecture.

Colloque « Repenser le Sahara médiéval : documents connus, lectures inédites (XIIIe-XVIe siècle) », Campus Condorcet, 14-16 novembre 2023

Le programme « Repenser le Sahara médiéval : documents connus, lectures inédites (XIIIe-XVIe siècle) », financé entre 2019 et 2023 par le programme Émergence(s) de la ville de Paris, s’inscrit dans un contexte où désormais les études sur le passé précolonial de la région sont devenues rares, tant en Afrique qu’en Occident. Développé au sein de l’équipe Islam médiéval (UMR 8167, Orient & Méditerranée), il participe d’un regain d’intérêt actuel pour le Sahara ancien mais qui jusqu’ici relevait principalement d’initiatives isolées, menées la plupart du temps individuellement, en dehors de tout cadre collectif. Ce colloque a été à la fois la conclusion du projet et un moment fédérateur de réflexion sur de nouvelles perspectives de recherche.

Jeudi 16 novembre 2023, dernier jour du colloque
Aperçu des communications présentées lors du colloque.

Vous trouverez ci-dessous le programme que vous pouvez télécharger.

Séminaire “mondes sahariens”. Séance du vendredi 13 octobre 2023

Nous aurons le plaisir d’écouter Hadrien Collet (chercheur indépendant, ancien membre de l’IFAO)

Les Sahariens en Égypte à la période médiévale

Cette année, le séminaire change de lieu ! Il rejoint les autres enseignements de l’EHESS au Campus Condorcet.

Les horaires eux, ne changent pas, le séminaire se tiendra le deuxième vendredi du mois de 10h à 12h dans le bâtiment de recherche Sud (le plus proche du métro Front Populaire au 5 cours des Humanités, entrée par la rue Waldeck Rochet ou par la rue des Fillettes, Aubervilliers) dans la salle 0.030 au rez-de chaussée.

EN PRÉSENTIEL. Inscription obligatoire en suivant le lien ci-dessous https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=226

Vous pouvez également suivre cette séance en visio en suivant le lien https://bbb.ehess.fr/b/eli-ec7-zmv-qy4

Séminaire “mondes sahariens”. Séance du jeudi 15 juin 2023 (attention changement de date !)

Nous aurons le plaisir d’écouter Chloé Capel (CNRS _ UMRS 8167 Orient & Méditerranée)

Azougui et la vallé de Teyart. Archéologie, patrimoine et développement

EN PRÉSENTIEL. Inscription obligatoire en suivant le lien ci-dessous https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=4

Salle B03_18
54 bd Raspail (EHESS)

10h-12h (même horaire)

Vous pouvez également suivre cette séance en visio en suivant le lien https://bbb.ehess.fr/b/eli-ec7-zmv-qy4:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search