Séminaire humanisme et islam, 2019

sous la direction de Benoît Grévin, en collaboration avec Clémence Revest (avec la participation d’Ingrid Houssaye-Michienzi et François-Xavier Fauvelle)

A l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm, 45 rue d’Ulm, salle d’histoire, le vendredi de 14H00 à 16H00

L’histoire des contacts entre les cultures islamiques et l’Occident latin est l’objet de curiosités et de débats toujours plus vifs
depuis une vingtaine d’années. Dans ce cadre général, l’étude des XIVe et XVe siècles présente un enjeu particulier. Comment les
connaissances sur l’Islam ont-elles évolué après la disparition des États croisés de Syrie-Palestine et la latinisation du royaume
de Sicile ? Comment l’inflexion humaniste s’est-elle conjuguée avec les mutations géopolitiques pour modifier la perception de
l’Islam par l’Occident latin ? Le séminaire présentera et traduira un certain nombre de textes latins, célèbres, peu connus, voire
inédits, pour discuter les différentes facettes de « l’inflexion renaissante » des savoirs latins (en l’occurrence italiens) sur l’Islam,
de Pétrarque à la fin du XVe siècle : connaissances géographiques et géopolitiques liées au commerce et aux voyages, traductions
coraniques, scientifiques et magiques, polémique antimusulmane, premiers pas vers une pensée syncrétique de type renaissant.

Trois séances seront dédiées à la lettre rédigée par le marchand génois Antonio Malfante dans le Touat, 1447 : 22 février, 15 mars et 22 mars 2019.

Axe 5. Circulations de savants et de textes : les réseaux de la création et de la transmission des savoirs

Responsable : Elise Voguet

Certaines régions sahariennes comme le Tafilalt, le Mzab ou le Touat ont connu des moments de développement intenses comme pôles d’érudition régionaux. Ces espaces, situés sur les grands axes de circulation, ont bénéficié de contacts réguliers avec les savants de passage lors de leurs déplacements que ceux ci soient commerciaux et/ou religieux (pèlerinages, quête de savoir) et/ou politiques. Mais ces espaces sont aussi à l’origine de véritables milieux savants locaux. Toute une culture littéraire s’est ainsi développée comprenant différents types de productions : chroniques, récits de voyage, recueils de jurisprudences, recueils biographiques. Ces textes, ont été inégalement exploités. Des projets récents ont permis la redécouverte de ces documentations régionales. Pour le Touat (projet ANR JCJC Touat), certains textes ont été numérisés et sont aujourd’hui disponibles à la section arabe de l’IRHT à Paris. Il s’agira d’étudier ces sources locales et de comparer les données qu’elles apportent à celles fournies par la documentation maghrébine et africaine connue (notamment les chroniques et les recueils biographiques), pour comprendre comment ces milieux érudits locaux se sont développés, qui étaient ces savants sahariens, quels étaient les lieux de leur formation, comment fonctionnaient les réseaux de diffusion des savoirs, quels ouvrages circulaient et formaient le socle commun de connaissance.

Axe 4. Culture matérielle et réseaux d’échanges

Responsable : Ingrid Houssaye Michienzi

En nous démarquant du regard hérité du colonialisme et véhiculé par l’historiographie traditionnelle, nous chercherons à explorer le Sahara médiéval en tant qu’espace commercial dynamique, et non plus comme une zone de passage orientée Nord-Sud, ou comme un terminus des débouchés commerciaux européens. Il s’agit d’offrir une vision plus large, plus « globale », des connexions et des réseaux parcourant cet espace immense, longtemps perçu comme marginal et périphérique. Quels sont les hommes qui parcouraient ces espaces, parfois sur des milliers de kilomètres ? Quelles marchandises y étaient produites et commercialisées ? Quelles sont les preuves matérielles de l’existence de réseaux marchands et du commerce à longue distance ? L’exploitation conjointe de sources inédites (correspondances, registres de comptes, manuels de marchands, cartes marines, relations de voyages) et de sources publiées mettra en lumière certains lieux, certaines populations et certains événements particuliers pour lesquels la documentation se fait moins rare. L’accent sera notamment mis sur les négociants juifs qui connectaient les espaces sahariens, nord-africains et méditerranéens, grâce à l’utilisation de fonds d’archives inexplorés croisés avec des sources arabes et hébraïques.

Axe 3. Hommes et milieux

Responsable : Chloé Capel

Cet axe s’attachera à approfondir la connaissance des relations entre l’homme et son environnement au cœur du désert saharien entre le xiiie et le xvie siècle, période où semble se faire jour une modulation climatique importante, corolaire à la mise en place du Petit Âge Glaciaire en Europe. Dans cet espace hostile où les équilibres entre les hommes et leurs milieux sont fragiles et la moindre évolution climatique peut avoir des répercussions considérables sur les paysages, développer une recherche en climatologie historique – démarche à ce jour totalement inédite pour la région et la période concernées – est une initiative indispensable à la compréhension fine de l’histoire des populations sahariennes et à l’évolution des distributions du peuplement, des structurations sociales, des constructions politiques, des économies de subsistance ou encore des environnements culturels. Cette étude, qui consistera à croiser les modélisations climatiques, les indicateurs paléo-environnementaux (sédimentologie, dendrologie, palynologie…), les sources textuelles et les indices archéologiques, peut être engagée grâce au recours aux archives climatiques accumulées depuis environ 50 ans par plusieurs équipes parisiennes et franciliennes de spécialistes des évolutions climatiques et environnementales, mais à ce jour totalement inexploitées dans le cadre d’études historiques consacrées à l’Holocène récent (deux derniers millénaires).

Axe 2. Visions croisées : imaginaires et représentations du Sahara

Responsable : Jennifer Vanz

L’objectif de cet axe est de préciser les représentations et les imaginaires mis en œuvre à l’époque médiévale, à partir de la relecture des sources produites entre le xiiie et le xvie siècle. Comment les auteurs médiévaux se sont-ils efforcés de définir le Sahara ? L’ambivalence de ces représentations est en effet un aspect essentiel qu’il convient d’analyser plus avant : conçu à la fois comme un espace des marges, un véritable obstacle, une frontière difficilement franchissable, le Sahara n’en est pas moins un espace de connectivité ; considéré comme un milieu hostile, il peut également apparaître comme un espace refuge mais aussi de dissidence. De même manière, la dialectique unité/diversité devra être questionnée : existe-t-il pour ces auteurs médiévaux un ou des Sahara-s ? La diversité des sources utilisées devra en outre conduire à mettre en avant les circulations et la diffusion des représentations sur le désert en général et plus précisément sur le Sahara, et à souligner à la fois les divergences mais aussi les convergences des images ainsi dégagées.

Le laboratoire d’accueil du projet

UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe Islam médiéval https://www.orient-mediterranee.com/spip.php?rubrique570

L’équipe « Islam médiéval » est une composante de l’UMR 8167 « Orient & Méditerranée ». Cette équipe pluridisciplinaire rassemble des historiens, des historiens de l’art et des archéologues, tous spécialistes des sociétés de la Méditerranée et du Proche-Orient, du Moyen-Âge aux débuts de l’époque moderne (empire ottoman).

Nos recherches sont articulées en plusieurs thématiques : 

  • Systèmes politiques et modèles culturels ; 
  • Territoires ruraux / Les mondes nouveaux de l’Islam ;  
  • Ports et navigation en Méditerranée et dans l’océan Indien ; 
  • Arts visuels, culture matérielle, témoignages textuels.

Il s’agit pour nous de travailler sur le monde musulman pré-moderne dans différentes dimensions en étudiant la documentation textuelle et archéologique ; en sortant des sentiers battus et en explorant des contrées considérées comme marginales, alors qu’elles sont souvent un trait d’union entre plusieurs mondes, indispensable à la survie de chacun d’eux ; en repérant les routes et les circuits, y compris maritimes et, enfin, en étant attentifs à la culture matérielle de ces mondes.

Axe 1. Le Sahara : objet d’étude historique

Responsable : Agnès Charpentier

Il conviendra en premier lieu de s’interroger sur la pertinence du Sahara en tant qu’objet historique : quand et comment le Sahara est-il devenu un objet d’étude pour les scientifiques, les historiens et les médiévistes en particulier ? L’intérêt pour le Sahara date en effet de la période coloniale et de la volonté des pouvoirs coloniaux d’étendre leur domination sur de nouveaux territoires dont l’exploitation future semblait prometteuse. L’objectif est ainsi de relire les travaux des historiens produits dès la fin du xixe siècle et durant la première moitié du xxe siècle sur le Sahara afin de comprendre comment ils ont construit l’objet « Sahara » et d’interroger cet héritage scientifique toujours mobilisé aujourd’hui. À partir d’une démarche régressive il s’agira de confronter les résultats d’une relecture de fonds postérieurs à la période visée à ceux issus des sources médiévales et modernes afin de discerner les changements survenus au cours des siècles. Toutes ces informations seront revues à la lumière de rapports de fouilles récents (A. Khalifa sur Hunayn par exemple) et d’archives espagnoles inexplorées sur ce terrain d’enquête (Hunayn et Oran sont conquis par les Espagnols au milieu du xvie siècle).