Archives par mot-clé : commerce

Note sur le commerce de la province d’Oran au temps de la domination des Beys (1832)

SHD 1H225

[L’orthographe originale a été respectée ; transcription Agnès Charpentier, UMR 8167]

Il faut avant d’entamer l’histoire commerciale de la province d’Oran au temps passé, apprendre à connaître le pays statistiquement

On peut le diviser en deux parties : 1 la partie orientale qui s’étend depuis Oran jusqu’aux confins de la province d’Alger, et que nous appelons le Schelif du nom de la rivière qui l’arrose ; 2 la partie occidentale qui comprend les terres situées entre Oran et les limites de l’empire de Maroc à laquelle on pourrait donner le nom de Tafna pour le même motif.

Province orientale

Toute la partie orientale est à peu près cultivé ou susceptible de l’être, l’eau et le bois y abondent. Le Schelif et une quantité de ruisseaux l’arrose et la route d’Oran à Alger la traverse. Le nombre de poste qu’elle a sur la méditerranée, celui des villes qu’elle renferme dans l’intérieur, la position particulière de Mascara, lui assuraient des avantages dont la plupart furent longtemps exploités et pourraient être facilement mis à profit pour la France.

Continuer la lecture de Note sur le commerce de la province d’Oran au temps de la domination des Beys (1832)

Axe 4. Culture matérielle et réseaux d’échanges

Responsable : Ingrid Houssaye Michienzi

En nous démarquant du regard hérité du colonialisme et véhiculé par l’historiographie traditionnelle, nous chercherons à explorer le Sahara médiéval en tant qu’espace commercial dynamique, et non plus comme une zone de passage orientée Nord-Sud, ou comme un terminus des débouchés commerciaux européens. Il s’agit d’offrir une vision plus large, plus « globale », des connexions et des réseaux parcourant cet espace immense, longtemps perçu comme marginal et périphérique. Quels sont les hommes qui parcouraient ces espaces, parfois sur des milliers de kilomètres ? Quelles marchandises y étaient produites et commercialisées ? Quelles sont les preuves matérielles de l’existence de réseaux marchands et du commerce à longue distance ? L’exploitation conjointe de sources inédites (correspondances, registres de comptes, manuels de marchands, cartes marines, relations de voyages) et de sources publiées mettra en lumière certains lieux, certaines populations et certains événements particuliers pour lesquels la documentation se fait moins rare. L’accent sera notamment mis sur les négociants juifs qui connectaient les espaces sahariens, nord-africains et méditerranéens, grâce à l’utilisation de fonds d’archives inexplorés croisés avec des sources arabes et hébraïques.