Archives par mot-clé : Hunain

De l’île de Majorque au désert du Sahara : réseaux de commerce juifs et trafic du cuivre vers 1400

Ingrid HOUSSAYE MICHIENZI

Le vol, dans le Touat, d’une cargaison de cuivre expédiée depuis Majorque par des négociants florentins met en lumière les circulations marchandes entre la Méditerranée et le Sahara au tout début du xve siècle. Par la richesse de son contenu, la correspondance entretenue entre différentes filiales de la compagnie Datini comble une importante lacune documentaire concernant le Touat et ses connexions. Elle montre en effet quels étaient les routes et les acteurs de ce commerce, illustrant le rôle de marchands juifs circulant d’un bout à l’autre d’un axe Majorque-Honein-Touat, devenu alors la voie commerciale privilégiée pour atteindre les marchés sahariens, puis subsahariens. L’objet de cet article est ainsi de dévoiler les enjeux et les modalités d’un tel commerce.

https://journals.openedition.org/remmm/13187

MISSION À TLEMCEN, OCTOBRE 2019

Deux membres de l’équipe « Sahara médiéval » ont effectué une mission à Tlemcen (Algérie) en octobre 2019. Ils ont profité de leur séjour pour effectuer une visite à Hunain. L’hypothèse des deux criques associées (Hunain et Tafsut) permettant le stockage des marchandises débarquées du port d’Hunain demandait à être vérifiée sur le terrain. Si l’urbanisation rend aujourd’hui toute étude archéologique inenvisageable, la topographie des lieux conforte cette hypothèse.

La région est celle de naissance du calife almohade ‘Abd al-Mū’min dont le souvenir est encore vivant…

Agnès Charpentier et Jennifer Vanz

Vue vers la crique de Tafsut au nord. Crédits : Agnès Charpentier
Vue générale de la qaṣaba. Crédits: Agnès Charpentier
Tour d’angle sud-est. Deux tours emboitées forment le bastion d’angle. Crédits: Agnès Charpentier
‘Abd al-Mū’min sarāj al-Mūwahidīn. Crédits: Agnès Charpentier

Hunain

Le port de Tlemcen, développé au XIIesiècle sous les Almohades puis sous les Mérinides et les ʿAbd al-Wādides aux XIII-XIVesiècles se développe au fond d’une crique. L’urbanisation récente a occulté nombre des vestiges médiévaux mais l’emprise du port fortifié aménagé sous les Mérinides est encore visible. La ville, conquise par les Espagnols en 1531 est abandonnée en 1534. Seule l’enceinte de la ville et celle de la qaṣaba sont encore visibles. 

Crédits : Agnès Charpentier
Crédits : Agnès Charpentier