Archives par mot-clé : réseaux

Colloque “Crossing Boundaries? ​Trade and Connections on the Medieval Mediterranean”

University of Cambridge (UK), 10-12 avril 2019

https://crossingboundariesinthemed.weebly.com/

Communication d’Ingrid Houssaye Michienzi

“Trade, Credit and Trust. An Examination of the Business Relations of Jewish and Florentine Merchants between the Mediterranean and Saharan Africa (14th-15th centuries)”

Medieval Florentine business records, comprising of account books and copious correspondence, offer a privileged source for the study of Mediterranean trade. In this paper, I will use these extraordinary sources, mostly from the Datini archive in Prato, to investigate the chain of trade from the island of Majorca to Saharan Africa which relied mostly on Jewish merchants established in the island and in some commercial places in North Africa. Continuer la lecture de Colloque “Crossing Boundaries? ​Trade and Connections on the Medieval Mediterranean”

Axe 5. Circulations de savants et de textes : les réseaux de la création et de la transmission des savoirs

Responsable : Elise Voguet

Certaines régions sahariennes comme le Tafilalt, le Mzab ou le Touat ont connu des moments de développement intenses comme pôles d’érudition régionaux. Ces espaces, situés sur les grands axes de circulation, ont bénéficié de contacts réguliers avec les savants de passage lors de leurs déplacements que ceux ci soient commerciaux et/ou religieux (pèlerinages, quête de savoir) et/ou politiques. Mais ces espaces sont aussi à l’origine de véritables milieux savants locaux. Toute une culture littéraire s’est ainsi développée comprenant différents types de productions : chroniques, récits de voyage, recueils de jurisprudences, recueils biographiques. Ces textes, ont été inégalement exploités. Des projets récents ont permis la redécouverte de ces documentations régionales. Pour le Touat (projet ANR JCJC Touat), certains textes ont été numérisés et sont aujourd’hui disponibles à la section arabe de l’IRHT à Paris. Il s’agira d’étudier ces sources locales et de comparer les données qu’elles apportent à celles fournies par la documentation maghrébine et africaine connue (notamment les chroniques et les recueils biographiques), pour comprendre comment ces milieux érudits locaux se sont développés, qui étaient ces savants sahariens, quels étaient les lieux de leur formation, comment fonctionnaient les réseaux de diffusion des savoirs, quels ouvrages circulaient et formaient le socle commun de connaissance.

Axe 4. Culture matérielle et réseaux d’échanges

Responsable : Ingrid Houssaye Michienzi

En nous démarquant du regard hérité du colonialisme et véhiculé par l’historiographie traditionnelle, nous chercherons à explorer le Sahara médiéval en tant qu’espace commercial dynamique, et non plus comme une zone de passage orientée Nord-Sud, ou comme un terminus des débouchés commerciaux européens. Il s’agit d’offrir une vision plus large, plus « globale », des connexions et des réseaux parcourant cet espace immense, longtemps perçu comme marginal et périphérique. Quels sont les hommes qui parcouraient ces espaces, parfois sur des milliers de kilomètres ? Quelles marchandises y étaient produites et commercialisées ? Quelles sont les preuves matérielles de l’existence de réseaux marchands et du commerce à longue distance ? L’exploitation conjointe de sources inédites (correspondances, registres de comptes, manuels de marchands, cartes marines, relations de voyages) et de sources publiées mettra en lumière certains lieux, certaines populations et certains événements particuliers pour lesquels la documentation se fait moins rare. L’accent sera notamment mis sur les négociants juifs qui connectaient les espaces sahariens, nord-africains et méditerranéens, grâce à l’utilisation de fonds d’archives inexplorés croisés avec des sources arabes et hébraïques.